TECHNOCENTRE : RETOUR 1er TOUR DE NEGOCIATION

La négociation d’entreprise sur la transformation des compétences des fonctions globales a débuté mardi.

Trois autres séances de négociation sont prévues, le 20, le 27/10 et le 3/11.

Une séance de relecture est prévue le 10/11.

La négociation est organisée autour de trois volets :

  1. Le renforcement des compétences
  2. Adaptation
  3. Animation au sein des métiers par un dialogue social de proximité
  1. Le renforcement des compétences
  • Développement des parcours de formation et de reconversion
  • Pour les baisses de charge dans certains métiers, déploiement du dispositif A.R.M.E, Activité Réduite et Maintien dans l’Emploi qui pourrait mettre mis à profit pour des formations en périodes d’inactivité en vue de transformer les compétences.
  • Recrutement CDI et d’alternants
  1. Adaptation
  • Mise en place d’un dispositif de Dispense d’Activité du 1/2/21 au 1/12/21. La direction propose à ce stade une rémunération de 69% de la moyenne des revenus sur 12 mois, soit 3 points de moins par rapport aux DA2002. Comme le dispositif actuel, la date de départ est la date CNAV avec compensation du malus ARRCO/ARGIC.
  • Mise en place d’une Rupture Conventionnelle Collective (RCC) dont tous les paramètres seront négociés le 20/10.
  1. Animation
  • Accompagnement du changement
  • Commissions d’application centrale et locales
    • Suivi quantitatif
    • Prévention et suivi de la Qualité de Vie au Travail/Prévention des Risques Psycho-Sociaux (RPS)

Le périmètre de l’accord est en l’état, l’ensemble des établissements Ile de France. Cela inclut les salariés hébergés dans d’autres sites rattachés hiérarchiquement à une fonction globale (Ingénierie, Finance, Achat, RH…).

Il n’est pas prévu de compléter le dispositif de départ avec d’autres mesure type GPEC par exemple.

Point de vue CFDT

La CFDT aborde cette négociation avec une priorité : la santé, la qualité de vie des salariés qui resteront.

Malheureusement, le timing proposé par la direction à notre grand regret débute par les départs et non pas sur la transformation en elle-même.

L’entreprise s’est elle-même assignée des objectifs de réduction de postes, on lui laisse donc l’initiative pour faire ce qu’elle a à faire pour obtenir ce résultat.

Pour la CFDT, cette transformation ne doit être qu’une réduction arithmétique de postes, mais bien l’occasion aussi de changer le travail. La première étape est d’en parler en créant les conditions ad hoc.

Nous ne sommes pas naïfs non plus et malheureusement, il y a encore de trop nombreux endroits dans l’entreprise ou des salariés vont se retrouver en difficulté si rien n’est fait en terme de détection-réaction.

La CFDT n’hésitera pas à remonter au plus haut de l’entreprise, les situations inacceptables.

Elle défend la mise en place d’une surveillance des RPS au plus près des transformations.

Prochaine réunion le 20/10 : la RCC

close