TECHNOCENTRE : 4ème séance de négociation et…l’A.R.M.E. fatale !

Cette 4eme séance a débuté par l’expression des organisations syndicales. La CFDT s’est exprimée sur les sujets qui lui semblent prioritaires, ceux qui concernent les salariés qui vont rester. La CFDT a appuyé cependant des demandes ciblées de la part d’autres organisations syndicales de revalorisation de certains points du volet « départs ».

Elle est intervenue principalement pour rappeler que nul ne pouvait voir sa santé pâtir dans cette transformation et que la proposition faite la semaine dernière par la direction pour traiter ce sujet était insuffisante et qu’elle devait revoir sa copie. Nous espérons que le message sera entendu.

Autre sujet cher à la CFDT, le nécessaire dialogue social local pour suivre au plus près du terrain les transformations dans les métiers, des propositions dans la composition ou la gouvernance de ces instances locales ont été faites en ce sens.

A l’issue de ce point d’expression des organisations syndicales, la direction a ensuite amené le sujet A.R.M.E. !

Activité Réduite et Maintien dans l’Emploi, dispositif similaire à l’Activité Partielle de Longue Durée interprofessionnel. L’ARME est une déclinaison de l’APLD dans la métallurgie. Le principe est d’utiliser les périodes d’inactivité dans le cadre d’une activité partielle, pour se former à un nouveau métier et/ou acquérir de nouvelles compétences. Il s’agit de formations lourdes.

L’ARME reste basé sur le volontariat.

L’ARME, pourquoi pas si la direction souhaite ajouter une corde à son arc pour la transformation de fonctions globales. Dixit la direction, certaines ressources dans les fonctions globales pourraient se retrouver en sous-activité et justifier ainsi de la mise en place d’une activité partielle.

Mais alors quelle maladresse d’amener ce sujet qui ressemble à un OVNI traversant la négociation, en ne garantissant pas le maintien intégral de la rémunération, des droits sociaux et des avantages Renault.

La direction propose 80% de la rémunération brute dans ce cadre !

On ne peut pas accepter que les salariés financent leur formation pour maintenir leur employabilité dans l’entreprise. C’est inacceptable pour la CFDT.

Une prochaine séance de négociation se tiendra mardi 10 novembre. La direction répondra alors aux demandes et revendications des organisations syndicales.

Une ultime séance est prévue le lundi 16 novembre, la CFDT retournera, ensuite vers ses équipes pour apprécier l’équilibre de l’accord dans sa globalité.

L’accord devrait être à signature en semaine 47 ou 48.

Les élus CFDT GUYANCOURT AUBEVOYE sont à votre disposition si vous avez des questions.

close